La piscine Valleycrest pointée du doigt par le vérificateur général Previous item Vrai changement pour... Next item Refus du moratoire pour...

La piscine Valleycrest pointée du doigt par le vérificateur général

Montréal, le 19 mai 2016 – Hier, le vérificateur général déposait son rapport annuel qui constatait, parmi d’autres dossiers étudiés, des problématiques dans la gestion du projet de revitalisation de la piscine Valleycrest. Parmi les plus flagrants, la soumission dépassait largement l’estimation du coût du projet, le budget a été majoré sans justification satisfaisante et aucun mécanisme de reddition de comptes n’a été mis en place.

« Ce contrat n’aurait jamais dû être octroyé puisque l’appel d’offres avait été effectué dans un délai trop court et pendant les vacances de la construction, ce qui réduit considérable une saine compétition du marché. La seule soumission reçue affichait un écart de 21,44% avec le coût estimé, sans justification adéquate. Selon Vrai changement pour Montréal, les élus sont imputables de la saine gestion des finances publiques, ce qui a clairement été négligée dans ce cas précis », affirme Justine McIntyre, chef du Vrai changement pour Montréal et conseillère de ville dans Pierrefonds-Roxboro.

Historiquement, l’arrondissement Pierrefonds-Roxboro est desservi par des piscines communautaires gérées par des organismes à but non-lucratif, un modèle unique à l’Ouest de l’île. La piscine Valleycrest a été la première des piscines à être acquise par la Ville de Montréal et à devenir un établissement public géré par l’arrondissement.

« Le modèle des piscines communautaires, unique à l’Ouest de l’île, doit être revu avec la collaboration de l’ensemble de nos partenaires communautaires. Avec le projet de la piscine Valleycrest, la Ville devait démontrer qu’elle était capable d’offrir un service de qualité aux citoyens, à un coût raisonnable pour les contribuables. Or, Valleycrest a coûté beaucoup trop cher et, d’après les révélations du vérificateur général, le projet a été mal géré. Alors que Montréal s’apprête à prendre possession d’une deuxième piscine communautaire, la piscine Versailles, l’arrondissement doit s’assurer de contrôler les dépenses et éviter de répéter les mêmes erreurs», renchérit Roger Trottier, conseiller d’arrondissement dans Pierrefonds-Roxboro.

Le contrat pour la reconstruction de la piscine Valleycrest a été octroyé en 2013, avant le mandat du présent conseil d’arrondissement. Monsieur Trottier et Madame McIntyre, élus du Vrai changement pour Montréal, ont tous les deux voté contre les majorations du contrat, qui ont été entérinées par le maire Dimitrios (Jim) Beis et les deux conseillers de son équipe, tous les trois membres de l’équipe Denis Coderre.

30 –

Renseignements:

Émilie Joly

Responsable des communications

514 677-3351

communications@vraichangementmtl.org