Hausse de valeur foncière : la Ville de Montréal doit soutenir le secteur commercial

 

Montréal, le 16 septembre 2016 – Les commerçants montréalais sont les grands perdants par rapport au nouveau rôle d’évaluation; ils devront composer avec une hausse moyenne de 10 % alors que le secteur commercial vit déjà des moments économiquement difficiles. « La Ville est en partie responsable des difficultés des commerçants, en raison des entraves qui limitent l’accès aux commerces. La Ville doit prendre des mesures pour éviter qu’un secteur mal-en-point soit doublement pénalisé », a déclaré Justine McIntyre, Conseillère de Bois-de-Liesse et chef de Vrai changement pour Montréal.

 

« Lors de l’étude du budget l’an dernier, j’avais avancé l’idée que les taxes non-résidentielles devraient être segmentées en trois catégories; commerciales, industrielles et institutionnelles. Une telle segmentation donnerait plus de souplesse à la ville pour ajuster le fardeau fiscal aux réalités économiques de chaque secteur avec plus de sensibilité que la seule évaluation foncière peut offrir », a poursuivi Justine McIntyre.

 

« Le président du comité exécutif dit vouloir utiliser les outils à sa disposition pour limiter la hausse de taxes, mais sans préciser comment. Pierre Desrochers doit laisser savoir rapidement s’il entend mettre en œuvre les recommandations du rapport Hubert sur la fiscalité non-résidentielle et le développement économique qu’il a en main depuis le mois dernier et qui prévoit justement des mesures pour aider le secteur commercial montréalais », a conclu la chef de Vrai changement pour Montréal.

 

– 30 –

 

Renseignements:

Frédéric Lepage

Vrai changement pour Montréal

514 219-6519

communications@vraichangementmtl.org