Assemblée ordinaire du Conseil municipal du 21 août 2017 Next item Assemblée ordinaire du...

Assemblée ordinaire du Conseil municipal du 21 août 2017

 

Motion pour la suspension de toute démarche en vue d’un développement dans le secteur de l’Anse-à-l’Orme

Motion de la 2e Opposition

Séance du Conseil Municipal du 21 août 2017

ATTENDU QUE l’île de Montréal possède 266 km de berges, baignant dans la rivière des Prairies au nord, les lacs Saint-Louis et des Deux-Montagnes à l’ouest et le fleuve St-Laurent au sud;

ATTENDU sa géographie particulière, Montréal est vulnérable aux crues, particulièrement dans les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro, l’Île-Bizard-Ste-Geneviève, Ahuntsic-Cartierville, Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles ainsi que les villes liées de Sainte-Anne-de-Bellevue et Senneville;

ATTENDU QUE les berges naturalisées et les milieux humides jouent un rôle essentiel dans la rétention et l’absorption des eaux lors de périodes de crues saisonnières;

ATTENDU QUE les milieux humides en territoire montréalais ont été détruits au fil des ans, et ne représentent plus que 15% de leur superficie originale;

ATTENDU QUE le secteur de l’Anse-à-l’Orme compte plus d’une cinquantaine de milieux humides répertoriés à ce jour et est bordé de zones fortement touchées par les récentes inondations;

ATTENDU QUE les crues printanières de 2017 ont causé des dommages majeurs dont le coût estimé remonte à plusieurs millions de dollars;

ATTENDU QUE les changements climatiques, entre autres impacts, risquent de provoquer des crues plus fréquentes et plus intenses;

ATTENDU QUE le Projet de loi 132 du gouvernement du Québec, Loi concernant la conservation des milieux humides et hydriques, se base sur l’objectif d’aucune perte nette des ces milieux;

Il est proposé par Justine McIntyre, Conseillère de Ville à Pierrefonds-Roxboro pour le district du Bois-de-Liesse et appuyé par Normand Marinacci, Maire de l’Île-Bizard-Sainte-Geneviève

QUE la Ville suspende toute démarche en vue d’un développement dans le secteur de l’Anse-à-l’Orme tant qu’une révision des politiques de conservation des milieux humides et hydriques n’est pas adoptée.